ŒUVRE

Comprendre le style et la technique de Julien Drevelle, c’est d’abord s’intéresser aux rapports qu’il entretient avec l’univers et les savoir-faire du Cognac. Le rendu pictural tout à fait singulier de ses œuvres repose ainsi sur une parfaite maitrise de l’emploi de colles, d’huiles, et de marouflage de papiers industriels sur toile. L’omniprésence du point, observable jusque dans le détail des tracés exécutés par l’artiste, se réfère directement aux paysages culturels de la région ; ces Torula Compniacensis indissociables des eaux-de-vie dont ils s’abreuvent et des chais de stockage qu’ils recouvrent au fil du temps. Enfin, son œuvre s’inscrit dans un rapport au temps long, à des cycles de production, d’observation, de sélection et d’assemblages, s’étendant parfois sur plusieurs années.

Pour Drevelle, la peinture commence avec une intensité saisissante dès les premières étapes de tension et d’enduction des toiles sur châssis. Le grand format est au cœur de sa production, avec tout ce qu’il suppose d’implication physique et de dépassement de soi. Recouvrir, découvrir, faire apparaitre et disparaitre. Le peintre s’émerveille devant l’imprévu, laisse l’accident s’exprimer ; il compose avec la volonté propre de la matière et du support. Puis il se retire, laisse place à l’artiste.

Observer, ressentir, prendre de la distance ; tenter d’apprécier sans orgueil la force et la faiblesse de son travail, rechercher l’équilibre et la stabilité esthétique. Faut-il s’arrêter ou continuer ? Rajouter ou enlever ? Sacraliser ou détruire ? Des choix sont faits.

Le peintre et l’artiste, comme deux aspects constitutifs d’un seul être, collaborent, s’alternent et se succèdent. Ils autorisent une respiration nécessaire entre l’acte créateur et l’émotion décisive, cet instant où l’œuvre, quasi vivante, déclare son indépendance au plus profond du cœur de son créateur. L’artefact s’exprime alors. Ses traits, ses points, sa surface tantôt rugueuse comme l’écorce, tantôt douce et crayonnée, vibrent. Les couleurs résonnent, les formes de lumière bougent au grès des mats et des brillants.

Minérale, pittoresque, architecturée, animale et végétale ; l’œuvre de Julien Drevelle est un voyage au cœur d’une île de contrastes, riche d’une infinité de rencontres entre le sublime de la nature et l’ingéniosité de l’ouvrage humain.

Understanding Julien Drevelle's style and technique means first of all taking an interest in the relationship he has with the universe and know-how of Cognac. The very unique pictorial rendering of his works is thus based on a perfect mastery of the use of glues, oils, and smoothing of industrial papers on canvas. The omnipresence of the point, observable even in the detail of the lines executed by the artist, refers directly to the cultural landscapes of the region; these Torula Compniacensis inseparable from the eaux-de-vie they drink and the storage cellars they cover over time. Finally, his work is part of a long-term relationship, to cycles of production, observation, selection and assembly, sometimes extending over several years.

For Drevelle, painting begins with startling intensity from the first stages of tensioning and coating the stretchered canvas. The large format is at the heart of his production, with all that it implies of physical involvement and surpassing oneself. Cover, discover, make appear and disappear. The painter marvels at the unexpected, lets the accident express itself; he composes with the specific will of the material and the support. Then he withdraws, leaves room for the artist.

Observe, feel, take a distance; to try to appreciate without pride the strength and weakness of his work, to seek balance and aesthetic stability. Should we stop or continue? Add or remove? Sacralize or destroy? Choices are made.

The painter and the artist, like two constitutive aspects of a single being, collaborate, alternate and follow one another. They allow a necessary breath between the creative act and the decisive emotion, that moment when the work, almost alive, declares its independence deep in the heart of its creator. The artifact then expresses itself. Its features, its points, its surface sometimes rough as bark, sometimes soft and penciled, vibrate. The colors resonate, the forms of light move in the sandstone of the matt and shiny.

Mineral, picturesque, architectural, animal and vegetal; Julien Drevelle's work is a journey to the heart of an island of contrasts, rich in an infinite number of encounters between the sublime of nature and the ingenuity of human work.

210317-13-julien
210317-01-julien
210325-14-julien
210311-16-julien
210311-06-julien_v2
210317-26-julien